You are here : accueil > MA VILLE > Culture > Mont de Marsan Sculptures





­­Mont de Marsan Sculptures
Une 11e édition mythique !


Une nouvelle édition de la triennale "Mont de Marsan Sculptures", sur le thème des Mythes, investit espaces publics et lieux patrimoniaux du 5 octobre au 3 novembre pour faire de Mont de Marsan un grand site d'exposition d'œuvres monumentales témoignant des liens que la ville entretient avec la sculpture.
image : Visuel de Mont de Marsan Sculptures 11 - Les Mythes - 5 oct 3 vov 2019 - Mont de Marsan­­ ­
Des jardins du musée Despiau-Wlérick aux berges de la Midouze en passant par la place Saint-Roch, des œuvres monumentales interpellent le visiteur, le guidant à travers un parcours artistique inédit. L'édition 2019 de la triennale de sculpture, onzième du nom baptisée "Les Mythes", s'inscrit dans l'ADN de la manifestation initiée par le ville en 1988 : faire sortir l'art hors de l'enceinte du musée pour aller à la rencontre du public.
Grâce à un parcours riche d'œuvres monumentales, d'artistes de renommée internationale et de lieux d'exposition inédits, la triennale a pour but de faire découvrir à ses visiteurs la création artistique contemporaine, de donner du plaisir au public et de stimuler le cœur de ville. Cette originalité et la qualité de la programmation ont d'ailleurs valu à cette cuvée 2019 de faire partie des 13 projets nationaux labellisés par le Ministre de la Culture "Le Musée sort de ses murs".

Le parcours, regroupant des œuvres d'artistes contemporains et celles d'artistes plus anciens, puisant alors dans les collections du musée, se décline autour du thème des mythes. Un choix motivé par la très grande variété des représentations et modes de représentation des mythes dans l'art, mais aussi par le champ de recherche extrêmement large que ce thème ouvre.

Un thème / 4 axes
Pour rendre ces recherches lisibles tout en restant le plus exhaustif possible, quatre axes ont été définis : les mythes classiques, les mythes fantastiques, les mythes populaires, pour finir par ouvrir sur le mythe de l'artiste. Faits imaginaires, transmis par la tradition, l'oralité, mettant en scène des êtres souvent surnaturels, les mythes grecs ou ceux issus de la culture judéo-chrétienne sont évoqués par les sculptures monumentales Poséidon ou Athéna de Christophe Charbonnel. Le Minotaure d'André Abram vous attend quant à lui dans un labyrinthe au jardin du presbytère. Sur la place de la mairie, le cabinet d'architecture Pezzo Von Ellrichausen imagine une Tour de Babel, Deci, sur le principe d'un jeu d'enfants en bois, tandis que le grand personnage de Babel de Parvine Curie trône à quelques mètres. Le musée Dubalen, musée d'histoire naturelle, accueille le mythe du Kraken à travers l'œuvre de Vincent Carlier, référence aux évocations légendaires d'un monstre marin redoytré aussi bien par le Capitaine Nemo dans 20000 Lieues sous les mers que par Jack Sparrow dans Pirates de Caraïbes.

Au musée Despiau-Wlérick, une exposition dévoile les visions d'artistes d'une mythologie contemporaine à travers les super-héros. Les mythes populaires sont les mythes actuels, construits consciemment ou inconsciemment, ceux qui sont politiques, commerciaux, littéraires, sociaux, religieux, etc. Ils naissent de personnages réels ou imaginaires et, au contraire des précédents thèmes qui interrogent nos origines ou notre universalité, permettent de porter un regard objectif et enrichi d'u n recul précieux sur notre propre société. Une sculpture de Gilles Barbier nous fait rencontrer La Chose, un des quatre fantastiques, dans une situation inédite. Les œuvres de Travis Durden, inspirées des sculptures mythiques du Musée de Louvre, nous font voyager dans l'univers de la saga Star Wars à laquelle répond le Darkarakiri d'Antoine Dorotte.

Le musée s'agrandit également d'une nouvelle salle, dévoilant le mythe de l'artiste et de son atelier. Les œuvres de Jean Sabrier et Christian Boltanski nous interrogent sur la question de la création artistique et de l'oeuvre d'art, tandis que le Martien d'Alain Séchas illustre toutes les idées reçues que le public peut avoir sur l'artiste et marquant l'ouverture sur le mythe de l'artiste. Cette dernière partie porte un regard plus global sur la forme artistique et plus particulièrement sur le processus de création, il s'agit ici de confronter le "mythe de l'a rtiste", c'est-à-dire la représentation commune que l'on peut se faire de cette figure lointaine et mystérieuse, avec la réalité et la tangibilité du processus de création, et de ses composantes aussi bien matérielles que conceptuelles.

Un panorama artistique très large
Sculptures, installations, photographies, dessins, films : plusieurs dizaines d'oeuvres sont proposées dans le musée Despiau-Wlérick, le Centre d'art contemporain des Landes, ou dans la ville, sur les places ou dans les rues. Les jeunes créateurs y côtoient de nombreux grands noms comme Christian Boltanski, Xavier Veilhan, Bruno Peinado, Gilles Barbier, Alexander Kosolapov, Alain Séchas ou Auguste Rodin. Certains artistes s'inscrivent dans une tradition figurative classique quand d'autres utilisent des matériaux contemporains ou des techniques industrielles pour créer des œuvres d'art qui jouent avec nos références, nos modes de vies, évoquant tantôt un récit mythologique classique, tantôt nos croyances actuelles.

C'est ce panorama artistique très large qui fait de "Mont de Marsan Sculptures - Les Mythes" un manifestation culturelle où chacun pourra trouver son plaisir, des inconditionnels de la sculpture classique aux amateurs de création contemporaine.

L'art contemporain, ici comme ailleurs, se donne pour mission de susciter la curiosité de public.
­


­L'affiche

image : Visuel de Mont de Marsan Sculptures 11 - Les Mythes - 5 oct 3 vov 2019 - Mont de Marsan
­­­­­
­­­­­  image : Logo gris youtube   image : Logo gris facebook   image : Logo gris Instagram­­­­­
­­ ­ ­
­­
­­­
­­­
­
­­­
­
­­
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus